« Dormir comme un bébé » signifie dormir à poings fermés, et bénéficier d’un sommeil récupérateur. Toutefois, cette expression est trompeuse : les tout-petits peuvent souffrir de troubles du sommeil. Or, bien dormir est tout à fait capital pour le développement des enfants !

Bien dormir : pourquoi est-ce aussi important pour les petits ?

Une nuit trop courte ou un sommeil de mauvaise qualité impacte en premier lieu le comportement des enfants. Si les adultes ont tendance à somnoler et à se montrer apathiques quand ils sont fatigués, les tout-petits affichent l’attitude inverse : hyperactifs, ils sont aussi plus irritables et plus impatients. Outre leur nervosité évidente, ils ont du mal à se concentrer et à mémoriser ce qu’ils apprennent. Les enfants qui dorment mal accusent ainsi un retard d’apprentissage, et il est courant qu’ils commencent à parler plus tard. Ces symptômes peuvent d’ailleurs laisser à penser que certains enfants souffrent de troubles du comportement, quand ils ne souffrent en réalité « que » de troubles du sommeil. Gare aux diagnostics hasardeux, donc !

Le manque de sommeil prolongé affecte aussi la santé des petits. Les enfants qui manquent de sommeil tendent à tomber plus fréquemment malades. Quoique le processus soit encore obscur, il est scientifiquement établi, en effet, que le sommeil impacte directement le système immunitaire. Les études démontrent aussi formellement qu’un enfant qui dort mal a davantage de risques de souffrir d’obésité infantile.

troubles du sommeil chez l'enfant
Si la nuit est courte pour l’enfant, elle l’est aussi pour vous !

Comment aider bébé à faire ses nuits ?

Le sommeil est un apprentissage qui commence… dès la naissance ! On entend souvent dire qu’un bébé fait ses nuits à l’âge de 6 mois. En réalité, à cet âge-là, il est fréquent qu’un bébé s’éveille fréquemment. Cela tient à deux raisons : tout d’abord, l’horloge biologique des tout-petits n’est pas encore « opérationnelle », et ils ne font pas la différence entre le jour et la nuit. Ensuite, pour dormir plusieurs heures d’affilée, un bébé doit être en mesure de stocker suffisamment d’énergie. Certains bébés atteignent leur maturité physiologique plus tôt – ou plus tard – que d’autres : il faut en tenir compte. Toutefois, vous pouvez aider votre enfant à « caler » son horloge biologique. Pour cela, veillez à le nourrir et le changer dans le calme durant la nuit, en conservant une lumière tamisée. Durant la journée, en revanche, vous pouvez stimuler bébé en lui parlant !

Comment aider les plus grands à dormir ?

J’aide mon enfant à dormir de la marque française Bioviva

Vers l’âge de 3 ans, un enfant peut cesser de faire la sieste : une bonne nuit de sommeil lui suffit pour être en forme ! Si votre enfant dort mal ou trop peu, il est probable que de simples changements d’organisation suffisent à résoudre ses problèmes de sommeil. La première chose à faire, c’est d’adopter une routine intégrant un dîner et un coucher à heures fixes. Il est important que la chambre se prête à une bonne nuit de sommeil. Pour cela, quelques précautions s’imposent :

·         Veillez à ce que la température ambiante soit de 18 à 19°C ;

·         Équipez le lit d’un oreiller et d’une couette enfant, adaptés à la morphologie d’un petit ;

·         Proscrivez toute source potentielle de bruit.

Un câlin, une histoire… Le fameux « rituel du dodo » permet aux petits de se calmer et de se mettre en bonne condition pour dormir. Outre leur doudou, certains enfants ont besoin de la lumière rassurante d’une veilleuse.

Troubles du sommeil : quand faut-il consulter ?

Poussée dentaire, diarrhée, cauchemar… Une multitude de facteurs peuvent troubler les nuits des petits. Il peut toutefois être utile d’en parler à votre pédiatre – voire de consulter un spécialiste – quand les troubles du sommeil s’installent dans la durée, et si vous notez des répercussions au quotidien.

Vous voulez en savoir plus sur les rituels familiaux, retrouvez toutes les astuces de Camille Berta dans cet article !