Après son désir de liberté et ses premiers résultats bénéfiques auprès des enfants, retrouvez les différentes étapes qui ont marqué la vie de Maria Montessori.

La première casa dei bambini ouvre ses portes

En 1907, Maria Montessori apporte son concours lors de la réhabilitation du quartier San Lorenzo de Rome ; c’est ainsi que s’ouvrira la première «Casa dei bambini» (maison des enfants) dans ce quartier populaire .
Deux objectifs voient le jour : instruire les jeunes enfants des quartiers pauvres âgés de 3 à 7 ans, empêcher qu’ils errent ou dégradent les nouveaux quartiers en construction.
Tout l’environnement, y compris familial, est partie prenante. L’institutrice Montessori habite sur place et les parents ont accès à la Casa.
Le mobilier est créé à hauteur des enfants. Ceux-ci sont libres de choisir leurs activités, de corriger leurs erreurs, d’estimer leurs progrès. Ils peuvent à leur gré manipuler, comparer, différencier, les jeux et jouets mis à leur disposition, en créer, recommencer.
C’est le succès et, très vite, une deuxième « Casa » ouvre.

Image de Maria Montessori

La renommée de Maria Montessori devient mondiale.

Dès lors, le mouvement se diffuse au-delà des frontières avant la première guerre mondiale.
De 1914 à 1918, Maria part avec son fils aux États-Unis où elle crée un collège pour enseignants et organise des stages de formation pédagogique.
En 1921, elle co-fonde la Ligue Internationale pour l’Éducation Nouvelle à Calais. Elle participera aux travaux et échanges avec d’autres pédagogues, principalement européens : Ferrière, Piaget, Claparède, Decroly, Couzinet, Dewey, Coué (de la méthode du même nom),…. Tous, profondément marqués par la guerre, cherchaient à assurer au monde un avenir de paix en développant chez les jeunes générations l’idée du respect de la personne humaine.
Infatigable, en 1921, Maria fonde l’Association Montessori Internationale (A.M.I.) pour préserver et promouvoir les pratiques pédagogiques et les principes des écoles Montessori. Son siège est à Amsterdam où Maria et son fils vécurent jusqu’à leurs décès en 1952 et 1982.

La pédagogie face à la dictature

En Italie, à partir de de 1936, Mussolini voudrait imposer l’uniforme fasciste dans les écoles Montessori. Devant le refus de Maria, toutes ses écoles sont fermées. La dictature condamne également ses principes pédagogiques.
Maria quitte alors l’Italie pour l’Espagne ; mais après l’arrivée de Franco, elle quitte l’Espagne pour les Pays-Bas.
En 1939, elle part effectuer une formation pédagogique à Madras, dans l’Inde britannique, quand la deuxième guerre mondiale éclate.
Elle restera en Inde jusqu’en 1946 où le Mahatma Gandhi lui fera part de son admiration.
En 1946, l’Italie la réhabilite. Mais elle préfère s’installer aux Pays-Bas où elle s’attachera, avec son fils, au développement de son Association.
Elle décède aux Pays-Bas en 1952, à l’âge de 82 ans, sans avoir pu effectuer le voyage qu’elle prévoyait en Afrique !

Et aujourd’hui ?

On compte sur tous les continents un peu plus de 20.000 écoles Montessori dont environ 200 en France.
L’Association Montessori Internationale est devenue une O.N.G. représentée aux Nations-Unies. L’association est en relation avec l’Unesco et inspire le mouvement mondial Éducateurs Sans Frontières.
Maria Montessori aura été nominée 3 fois pour le Prix Nobel de la paix. Elle sera également décorée de la Légion d’honneur française.
Ses méthodes et son engagement humain et humaniste en font un modèle en terme de pédagogie.


Pour retrouver la 1ère partie sur la vie de Maria Montessori, cliquez ici !