Après avoir découvert la vie de Maria Montessori, découvrez l’histoire du doudou pensé par Donald Winnicott (1896-1971). Ce pédopsychiatre et psychanalyste anglais est notamment connu pour ses recherches sur les nin-nins ou doudous, considéré comme un objet de transition.

LE NOUVEAU- NÉ COMME UN INDIVIDU À PART ENTIERE

Soucieux d’appliquer les pratiques psychanalytiques à la petite enfance, Winnicott se rapproche de Mélanie Klein. Cela ne l’empêche pas de garder une pensée profondément indépendante. Ce qui amènera sa réflexion autour de la propre indépendance du nouveau-né. En effet, ce dernier est défini comme un individu à part entière. Le nouveau-né peut se détacher de son environnement, avec une tendance à se développer pour devenir une personne.

UNE PREMIÈRE EXPERIENCE SOUS LES BOMBARDEMENTS

le doudou de Donald Winnicott
le doudou cher à tous les enfants !

Winnicott s’appuie, entre autres, sur une expérience forcée par les bombardements de Londres durant la seconde guerre mondiale.
Afin de protéger leurs enfants, des familles londoniennes les envoient loin de la capitale. Ainsi, ils sont confiés à des familles moins exposées lors du conflit. Cette séparation provoque des troubles importants liés à une insécurité évidente liée à la mort possible des parents. Mais aussi un sentiment d’abandon et une perte de repères.

LES VÊTEMENTS DES PARENTS COMME 1er DOUDOU

Winnicott visitera certains enfants à plusieurs reprises et incitera des parents à confier à leurs enfants un vêtement imprégné de leur odeur. Il demandera aux familles accueillantes de chanter des berceuses que les enfants avaient l’habitude d’entendre. Donc le constat sera établi que non seulement les enfants pouvaient s’apaiser, mais aussi se réassurer. Ainsi ils pouvaient se détacher vis à vis de leurs parents, nécessaire à leur construction individuelle.

LE DOUDOU : UNE INTRODUCTION AU JOUET

La fonction originelle du doudou permet donc un rapprochement après la séparation des parents. Il est un lien affectif qui développe les sentiments. En effet, il procure du plaisir avec un déversement de joie, de colère, d’empathie. Ces émotions développées par le doudou sont les prémices des futurs sentiments que l’on retrouvera plus tard au niveau des jouets et jeux qu’il soit individuel ou en groupe.

Pour faire une analogie entre le doudou et le jouet, ces deux éléments sont très importants dans la construction de l’enfant. Ils sont une thérapie en soi. L’enfant y apaise ses angoisses, donne du sens aux expériences qu’il fait, imagine un nouveau monde, enrichit la réalité. Mais surtout il y trouve beaucoup de plaisir !